Interview Cedric Ruffier :  » Ce que j’aime dans mon métier, c’est le côté international »

Interview Cedric Ruffier :  » Ce que j’aime dans mon métier, c’est le côté international »

Collaborateur de 2S2I depuis maintenant 3 ans, Cedric Ruffier revient avec nous sur son métier, son intégration chez 2S2i et sa passion pour la pratique de la course à pied.

Depuis quand travailles-tu chez 2S2I ?

Je suis chez 2S2I depuis février 2016 pour l’entreprise Solvay à Lyon, spécialisée dans la création et le commerce de produits chimiques. Tout s’est fait assez rapidement, 2S2I est venu me chercher alors que j’étais installé à Londres. Entre Janvier et Février, en l’espace de moins d’un mois, j’étais signé pour ce client. 

Quel métier fais-tu chez 2S2I ? 

C’est assez compliqué à expliquer ! Je suis Infrastructure Product Manager. L’entreprise Solvay dispose de deux outils de Ticketing : un pour l’infrastructure et un autre pour les applications. Je suis responsable de la technique « Technical Lead » et j’apporte mon expertise en infrastructure pour déterminer les process de l’entreprise dans l’utilisation de ces outils. J’anime également une réunion mensuelle avec Wiscab et je participe à la formation du personnel sur divers sujets liés au process. 

Qu’est-ce qu’il te plait dans ton métier ? 

Le côté international !  Je pense avoir été pris au départ car je parlais anglais, grâce à mon expérience à Londres. C’est une entreprise qui est présente dans le monde entier et je suis amené à collaborer avec des personnes venant d’Allemagne, des Etats Unis, de Singapour, du Brésil ou d’Italie. La connaissance de l’anglais est donc primordial puisque c’est la langue que nous utilisons pour communiquer. C’est très enrichissant de pouvoir collaborer avec des personnes aussi variées. 

Tu voyages beaucoup dans le cadre ton travail ? Où as-tu voyagé ? 

Oui je suis amené à voyager dans le cadre de mon métier. J’ai déjà pu voyager trois fois à Riga en Lettonie afin de rencontrer les équipes techniques de la filiale Lettonne et faire le tour du catalogue de service. Je suis également allé à Hanovre en Allemagne et à Bruxelles. Je me suis aussi déplacé en France à Paris, Toulouse ou La Rochelle. 

Tu es passionné de Course à pied, depuis quand pratiques-tu cette discipline ? 

Cela fait deux ans maintenant ! J’ai toujours pratiqué beaucoup de sport, notamment 15 ans de handball. J’ai commencé à courir dans les parc de Lyon (La Tête d’or) avec des collègues qui m’ont initié à cette discipline. J’ai ensuite commencé les courses. 

A combien de compétitions as-tu participé ? 

Ma 1ère course a été la Lyon Urban Trail. J’ai ensuite participé à la Sainte Lyon en 2017, en relais avec des amis. En fin d’année dernière, j’ai participé à la course Sainte Express qui s’effectue entre Lyon et Saint-Etienne où j’ai parcouru 45 kilomètres en 7 heures, avec plus de 10 000 participants ! Même si gagner n’est pas mon objectif premier, je compte tout de même re courir en fin d’année et cette fois-ci effectuer un parcours de 76 kilomètres ! 

Qu’est-ce qu’il te plait dans la course à pied ? 

Plusieurs choses : déjà la nature ! Contrairement au marathons qui sont assez plats et monotones, les courses à pieds auxquelles je participe sont en pleine nature, et le parcours est plus marrant. Il y a beaucoup de supporters qui restent toute la nuit sur les coins pour nous supporter et ça c’est génial ! C’est une discipline qui m’a permis de faire de très belles rencontres humaines. 

C’est aussi une pratique sportive qui permet de se mettre en situation de stress et de mettre son corps et son mental à rude épreuve. Durant les courses les participants se motivent entre eux, il y a un beau soutien entre les coureurs.